14 septembre 2011

Les nouveaux contrebandiers

Ne soyez pas surpris si vous apercevez, passant nos cols pyrénéens, des montagnards furtifs, rapides et peu équipés, portant de grands sacs parallélépipédiques sans poches et sans marque: ce sont les nouveaux contrebandiers, réapparus avec certaines taxations surdimensionnées du tabac ... mais chut...

Posté par Vigane à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 septembre 2011

Fontargente

ACCM_320_PIX_2

Étangs de Fontargente, col de Fontargente (2.282 m.) refuge du Rulhe et cabane de Garsan en boucle, le 12 09 11, Ariège.

Déniv: 500 m (env. 700 m. cumulés), temps passé: 8 h 30 pauses comprises. Note sur 10: 9,2

Montée au col de Fontargente: prendre versant gauche, le côté droit traversant un vaste et pénible pierrier.

Cette randonnée, considérée comme très facile par la majorité des topo-guides, comporte une partie peu commode entre lac 3 et refuge (pierrier). La variante n'a pas été testée.

Toute randonnée présente un danger: l'auteur de ce blog ne saurait être tenu pour responsable d'éventuels accidents survenus avant, pendant, et après lecture de cet article.

ARI_GE_A_PIED__8__copie

 

 

IMG_1328_copie_copie

 

 

 

IMG_1331_copie_copie

 

 

 

IMG_1332_copie_copie

 

 

 Le point de départ, le Pla de las Peyres, amplement dominé

IMG_1342_copie_copie

 

 

 

IMG_1343_copie_copie

 

 

 Étang de Fontargente N° 1

IMG_1345_copie_copie

 

 

 Étang de Fontargente N° 2

IMG_1364_copie_copie

 

 

 

FONT_Panorama_sans_titre2_copie

 

 

 

FONT_Panorama_sans_titre1_copie

 

 

 

IMG_1374_copie_copie

 

 

 

FONT_Panorama_sans_titre3_copie

 

 

 Étang de Fontargente N° 3

IMG_1385_copie_copie

 

 

 

FONT_Panorama_sans_titre4_copie

 

 

 Vallée andorrane depuis le col de Fontargente

IMG_1390_copie_copie

 

 

 Lacs 2 et 3

IMG_1393_copie_copie

 

 

 

 

FONT_Panorama_sans_titre7_copie

 

 

 Abri sous roche

IMG_1400_copie_copie

 

 

 

IMG_1416_copie_copie

 

 

 Lente infusion

IMG_1418_copie_copie

 

 

 

IMG_1423_copie_copie

 

 

 

IMG_1428_copie_copie

 

 

 Protagonistes numérisés d'un perfide déclenchement (Écossais)

IMG_1432_copie_copie

 

 

 Le Rulhe (2782 m.)

FONT_Panorama_sans_titre8_copie

 

 

 Refuge du Rulhe

 IMG_1443_copie_copie

 

 

 

IMG_1446_copie_copie

 

 

 

IMG_1453_copie_copie

 

 

 Grand portraitiste toulousain à l'oeuvre

IMG_1450_copie_copie

 

 

 

IMG_1456_copie_copie

 

 

 

IMG_1466_copie_copie

 

 

 

IMG_1468_copie_copie

 

 

 

IMG_1474_copie_copie

 

 

 

 IMG_1476_copie_copie

 

 

 Retour au pla de las Peyres

IMG_1479_copie_copie

 

JCP

Posté par Vigane à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 septembre 2011

Circuit étang de Rabassoles et...

ACCM_320_PIX_2

30 août 2011: Étang de Rabassoles, Noir, Bleu, Estagnet et col de l'Ègue (Ariège, env. 800 m. déniv.); sens antihoraire depuis le parking de la Restanque (route forestière inégale ralentissant la progression en accès auto - voiture basse exclue)

Superbe parcours ariégeois parmi des paysages d'incroyable beauté et variété, tout sentier sans difficulté (descente sur l'Estagnet un peu raide)

 NOTE: 9,6 sur 10 (randos estivales)

Toute randonnée présente un danger: l'auteur de ce blog ne saurait être tenu pour responsable d'éventuels accidents survenus avant, pendant, et après lecture de cet article.

 ARI_GE_A_PIED__2AA__copie

 

 

 

 

IMG_0931_copie_copie

 

 

 

 

IMG_0933_copie_copie

 

 

 

 

IMG_0935_copie_copie

 

 

 

 

IMG_0938_copie_copie

 

 

 

 

IMG_0946_copie_copie

 

 

 

 Rabassoles

IMG_0962_copie_copie

 

 

 

 

Panorama_sans_titre2_copie_copie

 

 

 

 Au centre: le Tarbésou (2.364 m.)

Panorama_sans_titre_3_copie_copie

 

 

 

 

 

 Panorama_sans_titre_4_copie_copie

 

 

 

Étang Bleu

IMG_0981_copie_copie

 

 

 

 

IMG_0983_copie_copie

 

 

 

 A droite, le Tarbésou

IMG_0988_copie_copie

 

 

 

 

IMG_0985_copie_copie

 

 

 

 Étang de Rabassoles vu de l'étang Bleu

IMG_0995_copie_copie

 

 

 

 Étang Bleu

IMG_0998_copie_copie

 

 

 

 

 IMG_1005_copie_copie

 

 

 

 Centre: le Tarbésou

IMG_1009_copie_copie

 

 

 

 

Même site (autour étang Bleu), vu depuis le Tarbésou (hiver 2009)

DSC05169_REG_28_1

 

 

 

 

DSC05166_REG_27_1

 

 

 

 

Panorama_sans_titre_5_copie_copie

 

 

 

 Étang sans nom (pour l'IGN of Paris...) sous le Roc de Bragues

IMG_1018_copie_copie

 

 

 

 En face: le sentier vers le col de l'Ègue

IMG_1020_copie_copie

 

 

 

 En montant vers le col de l'Ègue, sous le regard du Tarbésou (2.364 M)

IMG_1021_copie_copie

 

 

 

 Col de l'Ègue

IMG_1029_copie_copie

 

 

 

 La dent d'Orlu

IMG_1031_copie_copie

 

 

 

 Le Sarrat de Casalins et la dent d'Orlu

IMG_1032_copie_copie

 

 

 

Même site hiver 2011 (Sarrat de Casalins et dent d'Orlu)

IMG_1540_copie

 

 

 

 

IMG_1552_copie

 

 

 

 L'Estagnet

IMG_1038_copie_copie

 

 

 

 

IMG_1051_copie_copie

 

 

 

 

IMG_1059_copie_copie

 

 

 Depuis le col de l'Ègue

 Panorama_sans_titre_8_copie_copie

 

 

 

 

 L'Estagnet à l'heure de la pause repas, entre Pastis et Limoncello

Panorama_sans_titre_9_copie_copie

 

 

 

 

IMG_1068_copie_copie

 

 

 

 

 JCP

Posté par Vigane à 16:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 mai 2011

En Beys

ACCM_2_copie_copie320

Étang d'En Beys (Ariège) 20 km et 885 m. déniv.

 

 

IMG_2335_copie_copie

 

 

 

 

IMG_2343_copie_copie

 

 

 

 

IMG_2348_copie_copie

 

 

 

 

IMG_2360_copie_copie

 

 

 

 

IMG_2368_copie_copie

 

 

 

 

IMG_2371_copie_copie

 

 

 

 

IMG_2380_copie_copie

 

 

 

 

IMG_2382_copie_copie

 

 

 

 

IMG_2383_copie_copie

 

 

 

 

IMG_2391_copie_copie

 

 

 

 Étang dégelé début mai...y a plus d'hivers !

IMG_2393_copie_copie

 

 

 

 

IMG_2407_copie_copie

 

 

 

 

IMG_2409_copie_copie

 

 

 

 

IMG_2419_copie_copie

 

 

 

 

 

IMG_2433

 

 

 

 

IMG_2437_copie_copie

 

 

 

 

Panorama_EB1

 

 

 

 

Panorama_sans_titre1_copie

Posté par Vigane à 10:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 novembre 2008

chien d'ariège, chien de neige

ACCM_320_PIX

Association pour la Connaissance et la Contemplation des Montagnes

Randonnée du 14 novembre 2008:

Depuis Antras (919 m., Ariège): Le col de la Croix et le col du Mail des Morères (1553 m.)

Départ Antras: 8 heures, température: - 3 °, météo: exceptionnelle

Difficulté: aucune, "promenade familiale une fois l'itinéraire déneigé". C'est bien sûr le contraire qui était recherché, aucune difficulté cependant, hormis l'absence du sentier et le plus souvent de marques, le tout sous la neige. Chien d'avalanche recommandé. L'étonnant animal, qui vit à Antras, s'impose à tous les randonneurs, même sans réservation, il suffit de lancer le bâton devant, et de lui réserver quelque pitance à la pause. Connaissant parfaitement le trajet, il est un gage absolu de sécurité et vous ramènera au point de départ. Plus montagnard que les montagnards, il adore la montagne par tout temps, étonnant animal auquel il convenait de rendre hommage, nous lui avons promis de revenir ...

.

C'est par une belle nuit de Noël, sous le sapin, près de la cheminée, que Buck vit le jour, là haut, dans ce joli village de montagne tout enneigé, Antras.

Ici, les maisons, toutes faites de la dure pierre grise prise au flanc de la montagne se resserrent les unes contre les autres, dans l'ancestrale lutte contre la froidure des longs hivers.

Sans être nobles, les origines de Buck avaient pourtant beaucoup à voir avec le passage de ces touristes turbulents, venus du nord, et qui avaient emmené avec eux le plus grand, le plus fort, et le plus beau de tous les chiens de traîneau qu'on aie jamais vu ici : cette bête de pure race, au port altier et de haute éducation, faisait l'admiration de la gent canine femelle de toute la région.

Certaines, renseignées, accouraient même des villages voisins, brisant chaînes et colliers pour une seule œillade au plus beau de tous, parmi ceux qu'il était donné de voir ici, de toute une vie de chienne.

Alors, cet aspect des choses alluma un tel incendie de haine jalouse auprès des chiens du village, que même les ennemis d'hier se concertaient aujourd'hui pour des représailles communes. Mais les plus organisés des assauts de cette armée se soldaient par de cuisantes défaites : l'ennemi, pourtant solitaire, était de force sur-canine : on ne savait plus que faire.

Et c'est par cette belle nuit d'été que la mère de Buck avait eu le don de plaire au bel étranger, dans une étreinte qui avait duré jusqu'au petit matin, et qui l'avait laissée défaite. Dès l'aube, les touristes et le bel animal s'en retournaient déjà, et la paix revint au village ; il ne restait qu'à panser les blessures...

A peine né, Buck donnait déjà les plus vifs des soucis à sa mère. Turbulent et vigoureux, ce petit bout de chien de rien du tout, si elle n'y prenait garde, s'engouffrait par la moindre ouverture de la grange pour aller se rouler avec délices dans la neige, en plein vent, et au mépris de sa santé. Pire, il fallait le nourrir comme quatre, et la mamelle maternelle suffisait tout juste ; la pauvre dépérissait.

Fort heureusement, Buck fut vite sevré, et ce fut un soulagement pour elle de le voir dévorer les restes de la maisonnée, de ses crocs déjà forts.

Le petit Buck, vite grandi, semblait tenir des dispositions exceptionnelles de son père, et de la gentillesse affable de sa mère. Alors, sans relâche, il courait par tous les sentiers de ces montagnes, gravissant les sommets, dévorant au passage quelque malchanceux lapin, se désaltérant au torrent, ou de la neige des hivers.

Mais bientôt, il vit venir, sur les territoires qu'il avait fait siens, des humains plutôt bien disposés envers lui - étant entendu qu'il ne les mordait point. Ceux-ci, tout comme lui, gravissaient les montagnes pour le simple plaisir - on ne pouvait que bien s'entendre.

Initié par ailleurs au jeu du bâton par les chenapans du village, il éleva vite cette discipline au rang d'art véritable grâce à ces gens là, qui se montraient fort coopératifs. Car comment progresser dans ce joyeux sport, autrement qu'avec une équipe d'entraîneurs capable de vous renvoyer le bâton des journées durant ? Ceux du village s'en moquaient bien, eux, ils vous le relançaient deux ou trois fois, on ne risquait pas la crampe.

Et d'ailleurs, ils offraient toute leur affection à ces stupides bêtes à cornes, auxquelles ils volaient même le lait nourricier sans vergogne ! ... Quand ils n'allaient pas nourrir et flatter ces arrogants chevaux encore, des animaux sans éducation, qui parsemaient de leurs déjections repoussantes les plus beaux sentiers de ces montagnes.

Aussi Buck ne se gênait pas, au détour du chemin, pour planter quelque croc dans le jarret de ces présomptueux ... et alors, il se tapait fort sur le ventre, caché sous quelque genévrier, à les voir punir les mouches à grandes ruades !

Mais un beau jour, il vit arriver une équipe qui semblait plus expérimentée que les autres à ce jeu là. Pourtant, ils n'étaient pas du pays : même s'il ne savait pas encore lire, il avait bien remarqué, en urinant sur la roue arrière de leur auto, qu'il y avait écrit là, bien différent du 09, un 31, même un chien ignorant ne s'y serait trompé. Et, au lieu de punir d'une belle morsure l'étranger de la ville qui avait osé - comme beaucoup le faisaient ici - il déposa simplement un bâton sélectionné (du hêtre, c'est mieux...) aux pieds de l'un d'eux, qui le lança très loin, derrière  le potager du père Anselme.

Alors, rapide comme l'éclair, empruntant les chemins et épargnant le légume, Buck rapporta. On relançait déjà ! Ceux-là avaient compris tout de suite - des cerveaux sans doute !

Mais voilà qu'ils se chaussaient, s'habillaient, endossaient un sac, empruntaient son sentier à lui, celui du col des Morères, il avait affaire à des connaisseurs !

Buck les précédait, bondissait de joie, sautait talus et fossés, heureux de guider les visiteurs sur son parcours favori, on allait bien s'amuser ensemble, et la journée s'annonçait belle ...

De prime abord, usant de psychologie humaine, il se montra peu insistant, puis, insidieusement, il déposa le bâton aux pieds de celui qui semblait être leur chef, puisqu'il marchait devant. D'un magistral coup de pied (ce garçon devait être un sacré sportif...) celui-ci expédia le bâton jusqu'au ravin, au fond duquel, prompt comme la pensée, Buck avait déjà bondi, soulevant un torrent de feuilles, de branches sèches et de pierres à sa suite. En moins de deux, le bâton était redéposé, et repartait derechef.

Buck était inondé de bonheur, il avait enfin trouvé des humains compréhensifs, compétents, intelligents peut-être : les entraîneurs rêvés pour ce jeu tellement enivrant ...

Alors, les montagnes ne furent plus que galopade effrénée, avalanche de feuillage, bris de branches, roulement de cailloux, glissades dans la neige !

Rendus au col de la Croix, ivre de bonheur, Buck se roula dans cette merveilleuse poudre blanche tombée de la nuit, et tellement rafraîchissante ; il éclaboussait alentour, en mangeait même, dans de discrets gémissements de bien-être.

- Les humains, eux, ne connaissent rien à la neige : ils ne s'y vautrent pas, et la touchent seulement du bout de leur bâton, d'un air dédaigneux, un peu comme ces imbéciles de chats devant une flaque...

Et la partie continua, sans cesser, dans la grande hêtraie, sur les flaques gelées, sur la roche grise, enfin dans la neige profonde où Buck, infatigable, s'enfonçait jusqu'au ventre ; puis on fit une halte au col des Morères.

Buck connaissait les évènements d’avance car lui, il savait lire l'heure donnée par le soleil, nul besoin de montre pour ça, midi passé, les humains finiraient par se restaurer, et qui sait si, dans ce qui allait sortir des sacs, il n'y aurait pas quelque morceau pour lui ...

Buck s'allongea de tout son long dans la poudreuse qui, sous ce beau soleil de novembre, était un délice. Il savait qu'on n'obtenait rien en se montrant empressé, il joua d'abord les ventre-plein, tout en s'approchant insensiblement de la nourriture brandie ... dont il finit par tomber quelque surplus dans la neige, qu'il engloutissait sans délai. Il ne s'était pas trompé en les suivant, ces gens là avaient de l'éducation.

Mais, de ravins en vallées, de monts en ruisseaux, de bois en pâturages, ce qui était écrit arriva : on finit par retrouver la voiture. Et après quelques caresses assorties de promesses de retour (les humains ...), Buck dut bien retourner au bercail, tout en haut du village, la queue bien basse et le regard attristé.

Mais il se remémorait déjà cette journée inespérée, qui lui avait fait si chaud au cœur, à l'approche de cet hiver qui déjà blanchissait d’un épais manteau l’immense terrain de ses ébats joyeux.

JCP

.

Photo: Michel,  son blog:

http://unmondedimage.canalblog.com/ 

rando_025_copie

.

.

.

DSC02818_REG_REC_1_1

.

.

.

DSC02819_REG_REC32_2_1

.

.

.

Dernières granges d'Antras

DSC02822_REG_REC_3_1

.

.

.

DSC02830_REG_REC_5_1

.

.

.

DSC02831_REG_REC_6_1

.

.

.

DSC02837_REG_REC_7_1

.

.

.

DSC02843_REG_REC_8_1

.

.

.

DSC02847_REG_9_1

.

.

.

Antras

DSC02861_REG_11_1

.

.

.

DSC02863_REG_REC_12_1

.

.

.

DSC02865_REG_REC32_13_1

.

.

.

DSC02872_REG_REC_15_1

.

.

.

DSC02890_REG_REC_2_1

.

.

.

DSC02896_REG_REC_3_1

.

.

.

DSC02904_REG_17_1

.

.

.

DSC02907_REG_REC_18_1

.

.

.

DSC02910_REG_REC_4_1

.

.

.

DSC02919_REG_REC32_19_1

.

.

.

Col de la Croix

DSC02922_REG_REC32_20_1

.

.

.

Depuis le pic de Tourmas (1292 m.)

DSC02927_REG_REC_21_1

.

.

.

DSC02939_REG_REC_23_1

.

.

.

DSC02958_REG_REC32_24_1

.

.

.

DSC02963_REG_REC32_25_1

.

.

.

DSC02970_REG_REC_26_1

.

.

.

Mail de Laroque (1397 m.)

DSC02972_REG_REC_6_1

.

.

.

DSC02973_REG_REC32_27_1

.

.

.

DSC02978_REG_REC_28_1

.

.

.

DSC02982_REG_REC_29_1

.

.

.

DSC02984_REG_REC_30_1

.

.

.

DSC02990_REG_REC_7_1

.

.

.

DSC02992_REG_REC_31_1

.

.

.

Buck ne craint pas le froid...

DSC02998_REG_REC_8_1

.

.

.

DSC03017_REG_REC_32_1

.

.

.

Cabane de Coulédoux

DSC03021_REG_REC_33_1

.

.

.

DSC03041_REG_REC_9_1

.

.

.

Buck, chien d'Ariège - chien de neige

DSC03037_REG_36_1

.

.

.

DSC03049_REG_REC_37_1

.

.

.

DSC03056_REG_REC_38_1

.

.

.

Grillage d'estive en hiver ...

DSC03063_REG_39_1

.

.

.

DSC03069_REG_REC_11_1

.

.

.

Col du Mail des Morères (1553 m.)

DSC03074_REG_REC_40_1

.

.

.

DSC03078_REG_41_1

.

.

.

DSC03081_REG_REC32_42_1

.

.

.

DSC03087_REG_REC_12_1

.

.

.

DSC03088_REG_REC_43_1

.

.

.

DSC03102_REG_REC_44_1

.

.

.

Limite isotherme bien marquée

DSC03115_REG_REC32_45_1

.

.

.

DSC03130_REG_REC_13_1

.

.

.

DSC03131_REG_REC_46_1

.

.

.

St. Lizier (Ariège)

DSC03137_REG_REC32_47_1

.

.

.

DSC03144_REG_REC_48_1

.

.

.

JCP

Posté par Vigane à 19:21 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 octobre 2008

cascade d'Ars et étang de Guzet (Ariège)

ACCM_320_PIX

.

Le lundi (au soleil...) 20 octobre 2008: circuit en boucle au départ d'Aulus les Bains:

Cascade d'Ars et étang de Guzet, env. 800 m. de dénivelé.

Départ: 8 heures, météo: exceptionnelle

.

.

 

 

" Terrorisons la marmotte et craignons l'ours ! "

 

.

GUZET_ARS_3_copie

.

Pas de carte

.

.

.

DSC02540_REG_REC_1_1

.

.

.

DSC02542_REG_REC_2_1

.

.

.

DSC02547_REG_REC_V_1_1

.

.

.

DSC02550_REG_REC_4_1

.

.

.

Cascade d'Ars

DSC02567_REG_REC_H_5_1

.

.

.

DSC02567_REG_REC_3_1

.

.

.

DSC02578_REG_REC_4_1

.

.

.

DSC02588_REG_REC_5_1

.

.

.

DSC02595_REG_REC_6_1

.

.

.

DSC02600_REG_6_1

.

.

.

DSC02604_REG_7_1

.

.

.

DSC02616_REG_REC_8_1

.

.

.

PANOR_COL_ARS_GUZET_comp_REC_20_1

.

.

.

Les dernières colchiques attendent le soleil de midi pour s'ouvrir.

DSC02623_REG_7_1

.

.

.

Il suffit de passer le col ...

DSC02637_REG_REC_9_1

.

.

.

Proverbe occitan:

Il n'est de rose si jolie qui ne devienne un jour gratte-cul ...

DSC02645_REG_10_1

.

.

.

DSC02652_REG_REC_11_1

.

.

.

DSC02656_REG_REC_8_1

.

.

.

DSC02657_REG_REC_12_1

.

.

.

Étang de Guzet

DSC02666_REG_REC_13_1

.

.

.

DSC02690_REG_REC_10_1

.

.

.

Étang de Guzet

DSC02693_REG_14_1

.

.

.

DSC02711_REG_REC_15_1

.

.

.

Sous la hêtraie

DSC02718_REG_REC_11_1

.

.

.

DSC02725_REG_REC_16_1

.

.

.

DSC02729_REG_REC_12_1

.

.

.

Au premier plan: des fougères, roussies par la chaleur excessive de cet automne et le manque d'eau, même en altitude ...

DSC02735_REG_REC_3_2_17_1

.

.

.

 

 

DSC02744_REG_REC_19_1

.

.

.

Aulus les Bains

DSC02762_REG_REC_13_1

.

.

.

 


 

 

L'auteur décline toute responsabilité quant aux éventuels accidents survenus avant, pendant et après la lecture de ce récit ...

 


 

Posté par Vigane à 10:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
06 octobre 2008

Les étangs de Fontargente

ACCM_320_PIX

Association pour la Connaissance et la Contemplation des Montagnes

.

Les étangs de Fontargente, Ariège, lundi 6 octobre 2008

Au départ de la retenue de Laparan, près d'Aston

Jamais atteints malgré huit heures de marche sans repos ...

.

Pas de carte


DSC02317_REG_REC_1_1

.

.

.

DSC02319__REG_REC_2_1

.

.

.

DSC02322_REG_REC_3_1

.

.

.

DSC02325_REG_REC_4_1

.

.

.

DSC02327_REG_5_1

.

.

.

Premières neiges ...

DSC02331_REG__6_1

.

.

.

Étangs de la coume de Varilhes

DSC02336_REG_REC_7_1

.

.

.

Grand étang de la coume de Varilhes

DSC02338_REG_REC_8_1

.

.

.

DSC02343_REG_9_1

.

.

.

DSC02345_REG_REC_10_1

.

.

.

DSC02348_REG_REC_11_1

.

.

.

DSC02349_REG_12_1

.

.

.

Les colchiques, annonciatrices de la fin inexorable de l'été

DSC02359_REG_REC_13_1

.

.

.

DSC02369_REG_REC_14_1

.

.

.

DSC02378_REG_REC_15_1

.

.

.

Chevaux Mérens

DSC02382_REG_REC_16_1

.

.

.

DSC02388_REG_1_1

.

.

.

Laparan turbiné jusqu'au fond par EDF, La Riète, situé plus bas, était encore plein.

DSC02393_REG_REC_17_1

.

.

.

DSC02396_REG_REC_18_1

.

.

.


L'auteur de ce blog décline toute responsabilité quant aux éventuels accidents survenus avant, pendant et après la lecture de ce récit ...


Posté par Vigane à 00:18 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 septembre 2008

boums et port de vénasque (Haute Garonne)

ACCM_320_PIX

Association pour la Connaissance et la Contemplation des Montagnes

.

Boums et Port de Vénasque (2444 m.), le 28 septembre 2008.

.

Près de Luchon (Haute Garonne), au départ du parking de l'Hospice de France
Dénivelé: 1050 mètres, soit environ 6 heures de marche.
Difficultés: aucune en l'absence de neige, 100 % sentier, pente raide à l'approche du port.

Petit lexique pour les non-pyrénéistes: Boum = lac dans le luchonnais, port = col, avec la notion de passage, anciennement aménagé.

.

Pas de carte

.

.

C'est tout droit, puis au fond, prenez à gauche, vous ne pouvez pas vous tromper...

DSC01859REG_REC_1_1

.

.

.

DSC01865_REG_REC_3_1

.

.

.

Grand boum et col de la Montagnette

DSC01872_REG_4_1

.

.

.

Ce beau soleil matinal est le bienvenu, après la fraîche nuit des altitudes (2250 m.)

DSC01880_REG_REC_1_1

.

.

.

Boum N° 2 et refuge (en partant du port de Vénasque)

DSC01890_REG_REC_5_1

.

.

.

Panoramique

PANOR_VEN_1_36_1

.

.

.

DSC01897_REG_REC_7_1

.

.

.

Les 4 boums, le N° 3 était inexplicablement à moitié tari, alors que les 3 autres affichaient plein

DSC01906_REG_8_1

.

.

.

DSC01908_REG_REC_9_1

.

.

.

L'Aneto, toit des Pyrénées (3404 m.)

Ce massif en cache un autre plus vaste, la Maladeta, qui s'étend vers le sud

DSC01912_REG_REC_10_1

.

.

.

L'Aneto le 3 août 1991

ANETO_01_copie

.

.

.

L'Empereur et sa bavette glaciaire, recouverte des premières neiges

(On distingue sur la neige les voies empruntées par la majorité des montagnards)

DSC01920_REG_REC_11_1

.

.

.

L'étroit port de Vénasque, porte Franco-espagnole et Hispano-française

DSC01922_REG_2_1

.

.

.

DSC01923_REG_REC_12_1

.

.

.

DSC01926_REG_REC_3_1

.

.

.

La frontière

DSC01927_REG_REC_4_1

.

.

.

Photo: 3 août 1991

Le port de Vénasque et le pic de la Mine (2708 m.) vus du sommet du pic de Sauvegarde (2738 m.)

MINE_copie

.

.

.

Descente du port vers les boums, raide et étroite

DSC01930_REG_REC_5_1

.

.

.

DSC01939_REG_13_1

.

.

.

DSC01946_REG_14_1

.

.

.

DSC01948_REF_REC_V_7_1

.

.

.

DSC01958_REG_16_1

.

.

.

DSC01966_REG_17_1

.

.

.

On en boirait ... ce qui fut fait, moyennant quelques pastilles

DSC01978_REG_REC_8_1

.

.

.

DSC01979_REG_REC_18_1

.

.

.

DSC01991_REG_9_1

.

.

.

DSC02005_REG_22_1

.

.

.

PANOR_VEN_2_37_1

.

.

.

Le refuge, complété en pleine saison par un marabout de toile de type militaire

DSC02008_REG_REC_23_1

.

.

.

DSC02012_REG_24_1

.

.

.

DSC02016_REG_REC_10_1

.

.

.

A mi-chemin entre Benasque (Espagne) et Luchon (France, Hte Garonne)

DSC02025_REG_REC_25_1

.

.

.

DSC02030_REG_REC_26_1

.

.

.

DSC02033_REG_27_1

.

.

.

DSC02037_REG_11_1

.

.

.

DSC02045_REG_29_1

.

.

.

DSC02046_REG_REC_30_1

.

.

.

DSC02048_REG_REC_31_1

.

.

.

DSC02053_REG_REC_33_1

.

.

.

L'Hospice de France

DSC02056_REG_REC_34_1

.

.

.

Le tout nouvel Hospice de France, flambant neuf (la partie d'origine est à droite)

DSC02060_REG_REC_35_1

.

.

.

Office du Tourisme Luchon:

http://www.luchon.com/fr/index.php

JCP


L'auteur de ce blog décline toute responsabilité quant aux éventuels accidents survenus avant, pendant et après la lecture de ce récit ...


Posté par Vigane à 16:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 janvier 2008

le picou (1761 mètres)

ACCM

Randonnée "ACCM" du 21 janvier 2008: le PICOU,

Ariège (Pays de Foix), 1761 mètres.

.

Au Prat d'Albis, au centre gauche, le Picou.

DSC06083_REG_REC_1_1

.

.

.

DSC06085_REG_REC_2_1

.

.

.

DSC06087_REG_REC_3_1

.

.

Contemplation sommitale.

DSC06101_REG_REC_4_1

.

.

A gauche, le Picou.

DSC06104_REG_REC_5_1

.

.

.

Le mont Valier.

DSC06105_REG_REC_6_1

.

.

.

DSC06112_REG_REC_2_1

.

.

Un beau névé.

DSC06116_REG_REC_7_1

.

.

.

DSC06125_REG_REC_8_1

.

.

.

DSC06132_REGjpg_9_1

.

.

.

DSC06146_REG_REC_10_1

.

.

.

DSC06148_REG_REC_11_1

.

.

.

DSC06154_REG_REC_12_1

.

.

.

DSC06159_REG_REC_13_1

.

.

DSC06161_REG_REC_14_1

.

.

.

DSC06164_REG_REC_15_1

.

.

.

DSC06170_REG_REC_16_1

.

.

Ni baie d'Along ni Météores mais Tarascon ... con.

DSC06203_REG_REC_17_1

.

.

.

DSC06276_REG_REC_21_1

.

.

.

DSC06280_REG_REC_3_1

.

.

.

DSC06281_REG_REC_22_1

.

.

Tous les risques sont pris pour sonder le fond de cette terrifiante crevasse au nom de la science glaciaire !

DSC06290_REG_REC_24_1

.

.

.

DSC06293_REG_REC_25_1

.

.

.

DSC06310_REG_REC_26_1

.

.

.

DSC06320_REG_REC_27_1

.

.

Foix

DSC06330_REG_REC_28_1

.

.

DSC06335_REG_REC_29_1

.

.

.

Posté par Vigane à 10:05 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 novembre 2007

les chaussettes

CHAUSSETTE_11

Les chaussettes, trop souvent négligées, peuvent être source de fortes déconvenues qu'on imputera à tort aux chaussures.
C'est l'apparition d'une ampoule qui est le plus à redouter, si on peut s'en accomoder au cours d'une randonnée à la journée en posant un simple pansement, elle devient prohibitive sur plusieurs jours et les habitués des longues traversées pyrénéennes ou du chemin de St. Jacques la redoutent, certains ont dû abandonner leurs projets mal préparés à cause d'elle.

L'apparition de l'ampoule, soulèvement de la peau avec interposition de liquide provient essentiellement du frottement de la chaussette sur la peau, aidée par un point dur de la chaussure ou une couture interne trop apparente.

Les premiers critères à prendre en considération sont donc l'achat de chaussettes à la fois confortables, à la surface interne non agressive et ne provoquant pas d'allergie.

Contrairement à ce que préconise une large majorité de vendeurs essentiellement rencontrés chez les enseignes les plus populaires, les textiles dits "modernes"  n'offrent aucune garantie excepté leur esthétique qui ne saurait être confondue avec leur confort...
Ces produits dits aussi "de très haute technicité" et réalisés avec les "fibres les plus modernes" s'apparentent à de fines socquettes et n'offrent guère plus de protection, ils sont par ailleurs systématiquement d'origine chinoise, offrant de ce fait une marge bénificiaire importante à ceux qui les vendent.

CHAUSSETTE_1La véritable chaussette de randonnée et apte à la haute montagne, fruit de l'expérience et non du marketing a lentement évolué depuis des décennies et se présente généralement sous cet aspect:
- Assez haute pour couvrir le mollet et le protéger du froid, interdisant par là même une descente "au fond des talons" par opposition à la socquette ...
- Le pied est fait de "pure laine naturelle peignée bouclette", un matelas épais et confortable doublé d'une absence d'allergie pour la peau. Il y a des renforts sur les points les plus sollicités.
- La tige est en épais "coton peigné bouclette", plus résistant et exempt d'agressivité pour la peau. Ces matériaux naturels ont fait leurs preuves et n'ont jamais été dépassés en confort pur, tous les vendeurs à la tendance commerciale bien orientée n'y pourront rien, sinon peut être tenter de vous convaincre du contraire ...

CHAUSS_4

Il est par ailleurs une façon très efficace de lutter contre l'apparition d'ampoules qui consiste à porter sous les chaussettes et donc contre la peau des "mi-bas opaques en Lycra" parfois appelés "Trotting socks" selon l'origine et que l'on trouve aux rayons bas pour dames. Ces bas (certains préfèrent la soie naturelle) ont la propriété d'une part de faire corps avec le pied et d'autre part de laisser la chaussette glisser sur eux, il n'y a plus dCHAUSSETTE_2e frottement direct sur la peau et la probabilité de la formation d'ampoules réduit considérablement ou disparaît: essayer c'est adopter !

Notons ici que les meilleures chaussettes, même additionnées de ces bas ne compenseront tout de même pas l'agressivité de mauvaises chaussures ou de chaussures insuffisamment rodées, même si elles limiteront un peu les déconvenues...

BAS

Certains fabricants proposent par ailleurs des chaussettes dites "double épaisseur" censées lutter contre ce fléau du randonneur que sont les ampoules, elles sont généralement inefficaces du simple fait que les matériaux sont identiques pour les deux couches, ce qui ne permet pas le glissement du bas Lycra ou soie dont nous venons justement de parler ...

Tout ce qui précède n'est qu'une vision issue de mon expérience personnelle de la chaussette, vos commentaires sur ce sujet seront les bienvenus, vous avez peut être une approche différente ... ou des anecdotes à raconter et aptes à nous fournir un éclairage nouveau sur les ampoules !

Prochain article:  les guêtres

Article précédent: les chaussures (voir article du 2 Novembre 2007)

Jean-Claude

Posté par Vigane à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,